Réduction mammaire/cure de ptose

Pourquoi opérer ?



Les seins sont le principal symbole de la féminité. Leur disgrâce débouchera souvent sur une demande de correction. Quatre situations peuvent motiver une demande chirurgicale: l’hypertrophie mammaire, la ptôse ou affaissement de la poitrine, l’asymétrie d’un sein par rapport à l’autre, enfin l’hypotrophie ou agénésie mammaire à laquelle une fiche séparée est consacrée. Dans les trois premiers cas, les techniques chirurgicales appliquées se ressemblent et sont abordées ici. Ces dysmorphoses peuvent être à l’origine de pathologies fonctionnelles (douleurs des épaules et du dos) ou d’un retentissement psychologiques pouvant justifier une demande de prise en charge de la part de la sécurité sociale.

Comment se déroule l’opération ?

Des photographies et un dessin préopératoire sont réalisés avant l’intervention. Les cicatrices sont dissimulées au maximum en étant placées autour du mamelon et dans le sillon sous mammaire. Seule la cicatrice verticale reliant les 2 premières ne peut être camouflée. Ainsi, ces cicatrices réalisent un T à l’envers. Dans des cas plus favorables, elles peuvent être limitées à un L ou un I (verticale pure). Ces incisions permettent de remodeler la glande (forme et volume) puis de redraper l’étui cutané. L’intervention est réalisée sous anesthésie générale et dure 2 à 3 heures.


Quelles sont les suites habituelles et soins post-opératoires ?

Le premier lever se fait le lendemain de l’intervention. Les suites opératoires ne sont pas très douloureuses et ne nécessitent que la prescription d’antalgiques simples. L’hospitalisation dure 2 à 3 jours. Des pansements sont nécessaires durant 10 à 12 jours. Le port d’un soutien gorge de contention est essentiel dès le premier pansement et pour une période de 1 mois. L’arrêt d’activité professionnelle est de 15 jours, la reprise des activités sportives possible à 1 mois. Dès la fin des pansements, les cicatrices doivent être massées 2 à 3 minutes matin et soir durant plusieurs mois. Elles ne doivent pas être exposées au soleil la première année. Des visites post opératoire sont prévue à 2 et à 6 mois.



Quelles sont les complications possibles ?

Comme dans toute intervention chirurgicale, des complications peuvent survenir. Elles peuvent être liées à l’anesthésie ou au geste chirurgical. Le risque lié à l’anesthésie vous est exposé lors d’une consultation pré opératoire avec le médecin anesthésiste. Il est aujourd’hui infime si vous n’avez pas d’antécédents médicaux particuliers; ce risque est apprécié au cas par cas si vous présentez une pathologie. Cela peut conduire à une contre indication pour un geste chirurgical non obligatoire dit de confort.

Les complications liées au geste chirurgical sont de 2 types : les premières sont d’ordre général, les secondes sont plus particulièrement liés au type d’intervention.

Dans le 1° groupe, on rassemble les complications thrombo emboliques (phlébite, embolie pulmonaire), les complications infectieuses (abcès), les complications hémorragiques (hématome). Elles peuvent nécessiter un traitement médical secondaire ou une reprise chirurgicale. De nombreuses précautions pré et per opératoires sont prises pour éviter ces situations qui doivent rester des exceptions.

Dans le dernier groupe (complications chirurgicales liées à l’intervention), il s’agit de mauvais résultat ou résultat imparfait : 
Une nécrose cutanée partielle peut survenir lors de prise en charge d’hypertrophie majeure nécessitant une résection cutanée et glandulaire importante. Ce risque est majoré par un tabagisme important. Sa prévention consiste en l’arrêt du tabac et l’emploi d’une technique chirurgicale adaptée à la résection envisagée. La forme ou le volume des seins ne vous convient pas. Il est très important que vous vous compreniez bien avec votre chirurgien sur ces points avant l’intervention. La forme, la symétrie des seins ou des mamelons n’est pas parfaite : ces problèmes doivent être évités par un tracé pré opératoire rigoureux. Des troubles sensitifs des mamelons sont fréquents après l’intervention, ils doivent récupérer totalement en quelques semaines ou mois. Les cicatrices vont évoluer durant plus d’un an, de nombreux facteurs vont influer sur leur aspect final : qualité de votre derme, technique de suture, contention et soins post opératoires (massages).

Les chirurgiens

Lyon et Bourgoin-Jaillieu

Dr. Christian PAULUS

Chirurgien maxillo-facial

En savoir plus