Parotidectomie

Pourquoi opérer ?

La parotide est une glande salivaire située devant et sous le lobule de l’oreille. Elle peut être le siège d’une lésion ou tumeur bénigne le plus souvent, ou parfois maligne. Le seul moyen d’en connaître la nature à 100% est de l’analyser au microscope en réalisant une parotidectomie, c’est à dire l’ablation chirurgicale de la glande contenant la lésion. Le principal risque lié à l’opération est en rapport avec le nerf qui fait bouger le visage (nerf facial) qui traverse la glande de part en part et se divise en plusieurs branches en son sein.

Comment se déroule l’opération ?

L’intervention se déroule sous anesthésie générale. L’incision est située principalement devant l’oreille comme pour un lifting, et prolongée sous l’oreille et dans le cou selon la taille et la nature de la lésion. Le nerf facial est repéré puis disséqué avec attention pour être préservé lors de l’ablation de la glande qui l’entoure. La nature de la lésion (bénigne ou cancéreuse), sa localisation, sa surinfection, son volume, et/ou la disposition anatomique du nerf peuvent rendre l’intervention plus dangereuse pour le nerf facial. En cas de tumeur cancéreuse envahissant le nerf, il peut être nécessaire de sectionner le nerf ou une de ses branches. Dans certains cas, il peut aussi être nécessaire d’enlever les ganglions du cou (curage cervical).
En fin d’intervention, un drain est mis en place à travers la peau avant de fermer la cicatrice.

Quelles sont les suites habituelles et soins post-opératoires ?

Le traitement médical comprend des médicaments pour traiter une éventuelle douleur, et des soins au niveau de la cicatrice. Le drain est retiré après quelques jours. L’hospitalisation dure en moyenne 2 ou 3 jours.
A noter que l’ablation de la glande ne compromet pas votre sécrétion de salive car il existe de nombreuses autres glandes salivaires au niveau de la bouche.

Quelles sont les complications possibles ?

Tout acte chirurgical, même bien conduit, recèle un risque de complications. Elles peuvent être liées à l’anesthésie générale ou au geste chirurgical lui même. Les complications liées à la pratique d’une anesthésie générale vous seront exposées par le médecin anesthésiste au cours de sa consultation préopératoire.

Les complications liées au geste chirurgical peuvent être :

  • neurologiques : le nerf facial responsable de la motricité du visage peut cesser sa fonction de manière transitoire. Ceci peut entraîner une paralysie faciale complète ou incomplète avec des difficultés pour bouger le front, les joues, les lèvres et fermer l’œil durant une période allant de quelques semaines à plusieurs mois. La perte de l’occlusion de l’œil par la paupière supérieure fait courir un risque pour la cornée (sécheresse) qui est prévenu par l’application de gouttes dans les yeux et de strips pour fermer l’œil la nuit. Il convient de consulter en urgence un ophtalmologue en cas de douleur oculaire. La sensibilité de l’oreille et de la joue peut également être perturbée. La récupération nerveuse (motrice et sensitive) est souvent longue sur plusieurs semaines ou mois, et parfois incomplète.
  • hémorragiques : des saignements abondants ou des hématomes sont rares au cours de l’intervention ou dans ses suites, ils peuvent exceptionnellement nécessiter un geste chirurgical complémentaire.
  • salivaires : une collection de salive peut survenir dans les suites et nécessiter des ponctions pour évacuation ; un écoulement de salive (ou fistule) peut survenir et s’assèche habituellement en quelques jours avec des soins locaux.
  • infectieuses : une surinfection du site opératoire est exceptionnelle.
  • esthétiques : un creux en arrière de l’angle de la mâchoire correspond à la glande qui a été retirée.

En pratique, il faut savoir que la majorité des interventions se passe sans problème particulier, et que les patients sont satisfaits du résultat. Il ne faut pas surévaluer les risques mais juste garder en tête que toute intervention chirurgicale, même en apparence simple, comporte une part d’aléa incontrôlable. En choisissant un chirurgien maxillo-facial qualifié, compétent et formé à ce type d’intervention, vous diminuez les risques de complications postopératoires, sans toutefois les supprimer complètement.

Les chirurgiens

Dr. Antoine PIERREFEU

Chirurgien maxillo-facial

 En savoir plus

Dr. Max DIMINUTTO

Chirurgien maxillo-facial

 En savoir plus