Génioplastie

Chirurgie orthognathique

La chirurgie orthognathique, ou chirurgie des mâchoires, est la chirurgie des dysmorphoses faciales. Cette chirurgie ne doit être réalisée que par un chirurgien maxillo-facial qualifié et compétent. Elle est le plus souvent réalisée au cours d’un traitement orthodontique : on parle de prise en charge orthodontico-chirurgicale.
La chirurgie orthognathique prend en charge les anomalies de position, de forme, ou de taille des mâchoires : menton trop en avant (promandibulie), mâchoire du bas ou mandibule trop en arrière (rétromandibulie), mâchoire du haut trop ou pas assez visible lors du sourire (sourire gingival ou édenté), mâchoire du haut ou maxillaire trop étroit (endomaxillie), asymétries faciales complexes.
Des troubles de la croissance de la face peuvent être responsables d’anomalies dans la mise en place des structures osseuses et des dents qu’elles soutiennent. Les dents de l’arcade dentaire supérieure (maxillaire) et inférieure (mandibule) n’ont plus des rapports normaux. Les dents ne sont plus parfaitement alignées, l’engrènement des dents maxillaires et mandibulaires n’est plus idéal, ce qui perturbe la fonction masticatoire.
A long terme, cette dysmorphose aura des répercussions sur la durée de vie des dents (déchaussement puis perte précoce des dents) et sur les articulations temporo-mandibulaires (arthrose ou usure prématurée des cartilages). Des troubles de l’élocution ou des troubles respiratoires sont également fréquents (ronflements, apnée du sommeil).
La correction de ces anomalies, lorsqu’elles sont mineures, est réglée par un traitement orthodontique seul. Celui-ci consiste à réaligner les dents grâce au port d’un appareil dentaire. Lorsque le décalage des bases osseuses (supportant les dents) est trop important, il peut être nécessaire de réaligner les dents sur chaque arcade puis de modifier leur position par un geste chirurgical (ostéotomie des mâchoires) : on parle de prise en charge orthodontico-chirurgicale.
Le diagnostic et le projet thérapeutique est discuté en consultation avec votre chirurgien, en collaboration avec votre orthodontiste. Ils portent sur 3 éléments : l’examen clinique, l’étude des radiographies, et des simulations faites sur des modèles plâtrés réalisés à partir d’empreintes (ou des simulations 3D réalisées par ordinateur).
Suivant les cas, il sera nécessaire de déplacer l’étage supérieur (ostéotomie maxillaire) ou bien l’étage inférieur (ostéotomie mandibulaire). Dans un certain nombre de cas, une correction maxillaire et mandibulaire sera nécessaire : on parle alors d’ostéotomie bimaxillaire. Il s’agit donc de réaliser dans le même temps opératoire les 2 interventions nommées plus haut.
L’esthétique du visage est également concernée. En effet, la position des massifs osseux par rapport à la base du crâne, la position de la mandibule (et du menton) par rapport au maxillaire définissent les contours du visage de face et de profil. La place des lèvres l’une par rapport à l’autre et les dents qu’elles découvrent lors de la mimique conditionnent la qualité du sourire.
Afin d’harmoniser la musculature faciale, faciliter la fermeture des lèvres ou d’harmoniser l’esthétique du visage de profil, une génioplastie (ou ostéotomie du menton) peut également être nécessaire.

Pourquoi opérer ?

L’intérêt de modifier la position du menton peut paraître purement esthétique mais a des effets bien plus importants, en particulier sur la position de la lèvre inférieure. Il est normal que la lèvre supérieure touche la lèvre inférieure au repos et sans effort musculaire. Ceci favorise la respiration nasale, participe à la prévention du ronflement et au maintien de la bonne position dentaire par l’équilibre des muscles de la langue et des lèvres.
L’ostéotomie du menton ou génioplastie peut alors permettre d’améliorer l’occlusion des lèvres au repos. Ce geste peut être réalisé seul, ou le plus souvent être associé à d’autres gestes de chirurgie orthognathique, ou à une rhinoplastie (profiloplastie). L’indication sera bien sûr évoquée lors des consultations avant la chirurgie et vous pourrez en discuter avec le chirurgien et l’orthodontiste.
La génioplastie peut être réalisée à partir de 10 ans dans certains cas pour influencer favorablement la croissance de la face.

Comment se déroule l’opération ?

L’intervention se déroule sous anesthésie générale. Après une incision dans la bouche, le menton osseux peut être détaché puis sa place est modifiée. Il est ensuite fixé par une miniplaque et/ou des vis en titane. La fermeture est réalisée à l’aide d’un fil de suture qui est résorbable en 2 à 4 semaines. Un pansement compressif est collé sur le menton et doit rester en place au moins 24H.

Quelles sont les suites habituelles et soins post-opératoires ?

L’hospitalisation est courte, parfois ambulatoire. Dans les suites la langue et le menton paraissent “endormis” et semblent gros. Ces phénomènes s’estompent avec le temps en quelques semaines.

Quelles sont les complications possibles ?

Tout acte chirurgical, même bien conduit, recèle un risque de complications. Elles peuvent être liées à l’anesthésie générale ou au geste chirurgical lui même. Les complications liées à la pratique d’une anesthésie générale chez un adulte jeune sans antécédents médicaux sont exceptionnelles. Elles vous seront exposées par le médecin anesthésiste au cours de sa consultation préopératoire.

Les complications liées au geste chirurgical peuvent être :

  • hémorragiques : des saignements abondants sont rares au cours de l’intervention ou dans ses suites, ils peuvent exceptionnellement nécessiter un geste chirurgical en urgence (drainage d’hématome du plancher buccal).
  • infectieuses : une infection des tissus mous du menton (cellulite) peut survenir quelques jours à quelques semaines après l’intervention, et peut nécessiter un geste complémentaire qui ne remet pas en cause le résultat final.
  • osseuses : un retard ou une absence de consolidation, souvent favorisés par des facteurs extérieurs (traumatisme,…) est très rare et peut nécessiter une réintervention ou la réalisation d’une greffe osseuse.

En pratique, il faut savoir que la majorité des interventions se passe sans problème particulier, et que les patients sont satisfaits du résultat. Il ne faut pas surévaluer les risques mais juste garder en tête que toute intervention chirurgicale, même en apparence simple, comporte une part d’aléa incontrôlable. En choisissant un chirurgien maxillo-facial qualifié, compétent et formé à ce type d’intervention, vous diminuez les risques de complications postopératoires, sans toutefois les supprimer complètement.

Les chirurgiens

Lyon et Bourgoin-Jaillieu

Dr. Christian PAULUS

Chirurgien maxillo-facial

En savoir plus

Dr. Luc RICHARD

Chirurgien maxillo-facial

 En savoir plus

Dr. Max DIMINUTTO

Chirurgien maxillo-facial

 En savoir plus

Dr. Antoine PIERREFEU

Chirurgien maxillo-facial

 En savoir plus